Accueil > Actualités > Les dossiers des Métiers d’Art > L’ENCADREMENT ET LA DORURE SUR BOIS > L’encadrement à travers les siècles

L’encadrement à travers les siècles

Depuis l’antiquité, les œuvres peintes, sculptées en bas-relief ou en mosaïque, étaient souvent entourées d’une partie ornée ou décorée qui préfigurait déjà l’encadrement.
Ce n’est qu’à la fin du Moyen Age et surtout à la Renaissance que le cadre devint le complément assurant la mise en valeur ainsi que la protection des œuvres peintes, puis imprimées.

D’abord simple baguette autour d’une peinture souvent sur un panneau de bois, il développa son ornementation jusqu’à devenir une œuvre artistique à part entière.

Chaque époque l’a fait évoluer, souvent accouplé à un monarque ou à une région particulière d’un pays européen (Louis XIII, Gustavien, Victorien, Flamamd, Florentin, Vénitien).

Au début simplement teinté ou peint, il s’agrémente de placage de bois précieux, voire d’écaille de tortue ou d’ivoire.
Enfin sous la Renaissance, l’apparition en Europe de la feuille d’or battue permit de dorer les moulures. Ainsi naquit une longue tradition européenne de cadres dorés.

Les ornementations des cadres inspirés, tout d’abord, des ornements antiques grecs ou romains se sont transformées au fil des siècles grâce à l’imagination des encadreurs.

Chaque époque apporte son style soit sobre ou au contraire d’une extrême magnificence, ajoutant des coquilles, des fleurs, des rinceaux en arabesque, le tout recouvert de feuilles d’or.

Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les cadres étaient sculptés dans différents bois suivant les régions, souvent le chêne ou le tilleul, mais également le pin et le platane.

Fin XVIIIe siècle apparurent les premiers cadres ornés par moulage, d’abord, en pâte dite « Anglaise » ou en terre cuite.
Le moulage se développa avec l’apparition du gros blanc (Blanc de Meudon et colle de peau de lapin) ou plâtre à modeler et colle de peau de lapin.

La partie encadrement de sous verre, tout d’abord, simplement posée sur un fond de papier teinté ou peint et souligné d’un ou plusieurs traits, se développa au XVIIIe siècle avec des entourages de lavis et de filets teints ou dorés assurant une mis en valeur des gravures.

Le XIXe siècle assura la révolution totale de l’encadrement avec des matériaux nouveaux (acier, plastique, bois cérusés, agglomérat ou résine).
Les cartons teintés contrecollés permirent à l’imagination des encadreurs de multiples possibilités de découpe et d’ouverture.
L’imagination, le goût et la technique de l’encadreur moderne en fond un homme de métier incontournable pour la mise en valeur et la protection du patrimoine passé ou récent.
Les produits nouveaux dits de conservation (papiers non acides, verre anti reflets) sont des aides indispensables en cette fin de XXe siècle pour l’encadreur soucieux du respect de l’œuvre.

Toute cette histoire du cadre et de l’encadrement, toute la technique de l’encadrement, sont actuellement transmises aux nouvelles générations par le biais de l’apprentissage.

Nombreux sont les jeunes se tournant vers nos métiers, ils seront à leur tour le maillon indispensable à la pérennisation et à l’évolution de notre art.

Article rédigé par Bernard DUPRE, Ex Président du Syndicat National des Doreurs et Encadreurs.

logos partenaires PRDMA OPE 2016 Grand Est


Le programme régional de développement des métiers d'art est cofinancé par l'Union européenne.
L'Europe s'engage en Champagne-Ardenne avec le Fonds européen de développement régional


Plan du site | Nos partenaires | Contact | Alphamosa